"Une plaie ouverte"ressort en Folio

Une plaie ouverte, prix Transfuge du meilleur polar 2015, est désormais disponible en format de poche, dans la collection Folio policier des éditions Gallimard.

"Une mélancolie pétrie d’élégance." Yann Plougastel, Le Monde
"Incantatoire, savant, sublime." Elise Lépine, Transfuge
"Une réussite totale et parfois déroutante. A découvrir absolument." Jérôme Carron Point de vue
"Une mélancolie douce comme une chanson." Christine Ferniot, Télérama.fr
" Auteur singulier parmi les singuliers, une écriture où la poésie des rues et la verve populaire sont comme chez elles." Alain Joubert La Quinzaine littéraire
"Une plume remarquable." Matthieu Livoreil, L’Union
"Pour les soixante-dix ans de la Série Noire, Patrick Pécherot est au zénith de son talent." Anne-Marie Mitchell, La Marseillaise
"Un étonnant roman, un livre hautement ciselé et peuplé de fantômes." Alexandre Fillon Livres Hebdo
"L’éclat noir d’un Modiano.." Lionnel Germain Sud Ouest
"La mélancolie du temps qui passe et des rendez-vous ratés de I’Histoire." Jérôme Leroy Liberté
"Depuis Hervé Le Corre, rien n’avait été aussi superbement écrit dans la fiction de genre hexagonale." Alain Leauthier Marianne


Brouillards sur le Rhin

Les auditeurs de la radio allemande SWR2 peuvent écouter La saga des brouillards, adaptée en trois émissions à partir de sa traduction parue aux éditions Nautilus.

Nestor est interprété par Daniel Brühl, qu’on a notamment pu apprécier au cinéma dans Good Bye Lenin ! de Wolfgang Becker, Joyeux Noël, de Christian Carion, Two days in Paris, de Julie Delpy, Inglorious Bastard, de Quentin Tarantino, La femme au tableau, de Simon Curtis...
La traduction allemande des romans composant la Saga des brouillards est disponible aux éditions Nautilus

Ecriture

"... Il m’est parfois difficile de distinguer, parmi mes héros de papier, lesquels ont réellement existé. Il m’est tout aussi difficile de séparer, pour ce qui est des figures historiques que je me suis plu à fréquenter, les épisodes vécus et ceux que j’ai inventés ou transformés. Tous ceux qui pratiquent « la promenade imaginaire », chère à André Hardellet, savent ce qu’il en est. Il suffit d’un pavé luisant, d’une palissade, d’un bistrot, d’une porte trop close pour être honnête, ou de tout autre élément d’un décor quotidien, pour vous emmener bien plus loin que les pas ne portent...." Lire la suite dans l’espace Livres de ce site rubrique Ecriture